La flemme de ressortir pour faire du sport : pourquoi ?

« Je suis fatiguée », « il fait froid », « il fait nuit », « j’ai trop de choses à faire »… Les rendez-vous hebdomadaires avec le sport deviennent souvent mensuels, pour finir annuels, voire parfois inexistants. Même si on a l’habitude de chausser régulièrement ses baskets, il est impressionnant de voir à quel point l’on trouve toujours mieux à faire que d’aller transpirer. Encore plus que l’effort en lui-même durant la séance, le plus difficile est bien souvent d’aller au sport. Paradoxalement, on ne se sent jamais aussi bien qu’après l’avoir fait. Alors pourquoi a-t-on autant de mal à se (re) mettre au sport ? Une simple question de motivation ? Pourquoi tant de flemme et pour quelles « vraies » raisons s’y (re)mettre…

Raison n°1 : Se retrouver soi-même pour s’ouvrir aux autres et rencontrer ses voisins

Depuis l’avènement du bien-être, on ne compte plus les coachs sportifs 2.0 et les blogueuses gourous du renforcement musculaire et de l’assiette saine. La quête du bonheur grâce à l’effort physique est partout. Certes, cela motive, mais peut-être pour les mauvaises raisons. «Il y a des injonctions paradoxales. Si l’on fait du sport dans le but de maigrir, c’est clair que l’on ne prendra pas de plaisir. On ne se conditionne pas à prendre du bon temps, inconsciemment on sera dans la même frustration que pour un régime», affirme Jean-Paul Labedade, hypnothérapeute et psychologue clinicien du sport.
«Le sport est avant tout l’occasion de rencontrer du monde, de se détendre, d’être content de soi et d’entretenir sa santé. Il faut humaniser la pratique et ne pas courir après le physique des top models», rappelle le coach sportif. Nous pourrions alors nous faciliter la tâche, en revoyant simplement notre vision du sport, et ce que ce dernier va nous apporter.

Raison n°2 : Se remémorer le « pourquoi » on s’est (re)mis au sport pour perdurer et être fier de soi

En réalité, l’ultime astuce pour s’assurer de perdurer dans l’effort est simplement de trouver le sport qui est fait pour soi. Inutile de s’évertuer à courir si l’on a toujours adoré le tennis. Pour cela, il est conseillé de tester plusieurs disciplines pour trancher. De plus, il faut également être attentif à tout ce qui gravite autour de l’effort en lui-même. L’ambiance, le professeur et les autres élèves créent une atmosphère qui peut nous faire revenir plus facilement. À noter également qu’aller en salle de sport n’est pas l’idéal pour les débutants : «le niveau n’est pas du tout adapté à chacun. Dans les salles, c’est un peu « marche ou crève »».

Raison n°3 : Se refaire une santé physique et mentale

Certains font du sport pour maintenir leur forme physique, d’autres pour se vider l’esprit. C’est bien connu, si vous souffrez de problèmes cardiaques, de diabète ou encore d’une polyarthrite rhumatoïde, le sport est bon pour entretenir votre condition physique et prévenir de certaines maladies notamment cardio-vasculaires. Votre généraliste vous incite d’ailleurs probablement à bouger pour préserver votre santé. Depuis cette année, l’activité physique peut désormais être prescrite par le médecin au même titre qu’un médicament. Mais l’activité physique influe aussi sur certaines parties de notre cerveau, celles-là mêmes qui sont stimulées par les médecins pour traiter certaines dépressions.

En résumé, la bonne santé physique, les bénéfices sociaux et l’estime de soi induits par la pratique du sport sont trois bonnes raisons parmi tant d’autres pour enfiler ses baskets même en hiver.
Et vous, quelle est votre motivation secrète ?

 

Sources : madame.lefigaro ; santé.lefigaro